Catégories
Immobilier

Droit des locataires et propriétaires : zoom sur les dernières évolutions législatives

Le droit des locataires et propriétaires est en constante évolution, sous l’impulsion de nouvelles législations et réglementations. Dans cet article, nous vous proposons de faire un point complet sur les dernières avancées en la matière, afin de vous permettre de mieux comprendre vos droits et obligations respectifs.

Le renforcement de l’encadrement des loyers

L’une des principales évolutions récentes concerne l’encadrement des loyers, qui vise à limiter les hausses excessives dans certaines zones tendues. Cette mesure, instaurée par la loi ALUR du 24 mars 2014, a été récemment renforcée par la loi ELAN du 23 novembre 2018. Désormais, les communes volontaires situées en zone tendue peuvent mettre en place un dispositif d’encadrement des loyers à titre expérimental pour une durée de cinq ans.

Cette mesure consiste à fixer un loyer de référence, un loyer de référence majoré et un loyer de référence minoré pour chaque catégorie de logements et chaque secteur géographique. Le loyer pratiqué ne peut alors pas dépasser le loyer de référence majoré. En cas de non-respect, le locataire peut saisir la commission départementale de conciliation ou le juge d’instance pour demander une baisse du loyer.

La lutte contre les logements insalubres

La loi ELAN renforce également les dispositifs de lutte contre l’habitat indigne et les logements insalubres. Ainsi, les propriétaires sont désormais tenus de respecter un carnet numérique d’information regroupant les informations relatives au logement (performance énergétique, travaux réalisés, etc.). Cette mesure vise à garantir une meilleure transparence sur l’état du logement et à faciliter la réalisation de travaux de rénovation.

Par ailleurs, le dispositif de sanctions contre les propriétaires indélicats a été renforcé. Les amendes encourues en cas de location d’un logement insalubre ou dangereux ont ainsi été portées à 50 000 euros, tandis que la possibilité de prononcer une astreinte journalière a été étendue aux maires et présidents d’établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre.

Les nouvelles règles applicables aux baux mobilité

La loi ELAN instaure un nouveau type de contrat de location, le bail mobilité. Ce bail est destiné aux personnes en situation de mobilité professionnelle ou en formation (stagiaires, apprentis, étudiants, etc.) et présente plusieurs spécificités :

  • Durée du bail : entre 1 et 10 mois, non renouvelable et non reconductible;
  • Pas de dépôt de garantie exigible par le propriétaire;
  • Révision annuelle du loyer dans les limites fixées par la loi;
  • État des lieux et remise d’un dossier de diagnostic technique obligatoires.

Ce nouveau contrat offre ainsi une plus grande souplesse aux locataires en situation de mobilité, tout en garantissant un cadre juridique sécurisé pour les propriétaires.

Le développement des colocations

Face à la demande croissante de logements partagés, notamment chez les jeunes actifs et étudiants, la loi ELAN a également clarifié le régime juridique applicable aux colocations. Désormais, chaque colocataire dispose d’un bail individuel et peut bénéficier de l’aide personnalisée au logement (APL) sans que cela n’impacte les autres occupants. De plus, en cas de départ d’un colocataire, le loyer est réparti entre les colocataires restants sans modification du montant global.

Enfin, la loi prévoit que les colocataires sont solidairement responsables des dettes locatives uniquement en ce qui concerne leur propre part de loyer. En revanche, le propriétaire ne peut pas exiger le paiement du loyer d’un colocataire défaillant auprès des autres occupants.

La protection des personnes âgées ou handicapées

Pour faciliter l’accès au logement des personnes âgées ou handicapées, la loi ELAN prévoit désormais qu’au moins 20% des logements neufs situés en rez-de-chaussée doivent être adaptés à leurs besoins spécifiques. Cette mesure vise à favoriser la mixité sociale et intergénérationnelle, ainsi qu’à améliorer le cadre de vie des personnes concernées.

Par ailleurs, les propriétaires sont désormais tenus de prendre en charge les travaux d’adaptation du logement aux besoins d’un locataire âgé ou handicapé, sauf si ces travaux entraînent une dégradation importante du bâti. Cette disposition vise à encourager la réalisation de travaux d’aménagement et à faciliter le maintien à domicile des personnes concernées.

Le droit des locataires et propriétaires évolue donc régulièrement afin de s’adapter aux enjeux actuels et futurs. Ces dernières avancées législatives témoignent d’une volonté de mieux encadrer les relations entre locataires et propriétaires, tout en favorisant l’accès au logement pour tous. Il est essentiel pour les acteurs concernés de se tenir informés de ces évolutions pour garantir une bonne application du droit et prévenir d’éventuels litiges.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *